• Facebook
  • Twitter
  • Google +

Aider les plus démunis

Aider les plus démunis - Mathieu Phelps

Je crois fermement que les personnes qui sont en moyen devraient donner un coup de main pour aider les pauvres. Ce n’est pas en offrent un traitement varices, ou un blanchiment de dents à meilleur prix, qu’on va y arriver non plus ! La société doit se rendre compte que nous avons parfois des priorités qui sont un peu trop égocentriques, et que les gens qui n’ont pas de sous sont souvent les victimes, et non les abuseurs, du système économique de notre pays. Certes, il faut dire que certains pauvres ne veulent tout simplement pas travailler, mais il y en a plusieurs qui refusent, parce que leur expérience personnelle leur a prouvé que ça ne valait pas la peine. D’autres sont complètement détruits psychologiquement à cause d’un événement de leur passé, qu’il soit relié ou non avec le travail, et ne sont plus en mesure de faire leur part pour la communauté.

Donc, qu’est-ce qu’il faut faire ? J’aime bien l’idée d’avoir des banques alimentaires pour les gens qui souffrent, et qui n’ont pas d’argent. C’est sûr que d’avoir le ventre vide, n’aide pas du tout les gens qui veulent prendre soin de leur famille, ou qui cherchent du travail. De plus, parfois les banques alimentaires acceptent de chercher des dons de vêtements, et ils peuvent donc offrir des articles qui pourraient servir pour un entretien. Mais, ceci n’éliminera pas la faim. Ce qu’il faut, c’est un changement dramatique du fonctionnement de l’économie.

Je serais d’accord, moi, avec un plafonnement du salaire annuel de tous et chacun, incluant tous les propriétaires d’entreprise et tous les politiciens. Ce serait la seule façon qu’on pourrait assurer que les pauvres auraient une part de salaire suffisante et qu’il y aurait aussi assez d’argent pour embaucher plus de monde. Par contre, pour que ce type de raisonnement fonctionne, il faut que tous les pays du monde s’y mettent ensemble, sinon ça ne servira à rien. Si le Canada décide d’adopter ce plafonnement, mais que les Américains ne le font pas, les compagnies canadiennes vont déménager aux États-Unis. C’est perdu d’avance.

Ensuite, je crois que la définition du capitalisme devrait changer. Il ne faut plus mettre les actionnaires comme étant la priorité de la compagnie. Le bien-être de tous les employés, qu’ils soient dans notre pays ou non, est plus important que l’argent que les investisseurs reçoivent. Ces investisseurs ne font rien de plus que prêter une somme d’argent et se font payer un intérêt. Ceci représente une des raisons pour lesquelles les riches deviennent plus riches et les pauvres, plus pauvres.

 

The author:

author

Amateur de bon vin et des plaisirs de la table, je ne sais jamais dire non à un bon moelleux au chocolat. La vie est trop courte pour se perdre en regret, voilà ma philosophie ! Cinéphile avertit, je peux me repasser les films classiques inlassablement, et je suis un fan fini de Meryl Streep et d’Al Pacino, mais je vous épargnerai mes critiques personnelles de film, je garde ça pour mon forum préféré sur le sujet. Je passe facilement du coq à l’âne, à vous de me suivre.