• Facebook
  • Twitter
  • Google +

Les temps des cerises

Les temps des cerises - Mathieu Phelps

Philippe a grandi à Veerle, un petit village en Belgique. À Veerle coule une rivière ; Grote Laak. Durant son  enfance, Philippe passait beaucoup de temps à essayer de trouver le moyen de lever l’interdiction de ses parents à fréquenter cette rivière. Ladite rivière était tellement polluée que les enfants de la ville ont été interdits d’y jouer de près ou de loin. Beaucoup d’eau a coulé sous les ponts depuis, et Philippe vit maintenant à Montréal, où il travaille comme chirurgien spécialisé en augmentation mammaire. Néanmoins, cette rivière a été un point déterminant dans l’histoire que je vais vous raconter.

On pense tous que les rivières sont censées être propres. C’est l’un des endroits favoris des enfants et des jeunes pour s’amuser. On a tous, au moins une fois sauté dans une rivière, pas vrai ? La rivière a eu un grand impact sur Philippe, car il n'a jamais eu l’occasion d’y aller et de sauter dans l’eau étant enfant. Philippe est un entrepreneur « vert »  à l’esprit vif et alerte. Il a commencé très jeune à militer pour l’environnement. Avec un esprit créatif, Philippe faisait des dessins animés qui représentaient la nature en désolation. Il se rendit compte que la création d'une entreprise fait aussi partie de la créativité. Au collège, il a fait un projet sur l'utilisation de déchets alimentaires pour servir de compost à des stades. Il a présenté ce projet à un festival et a remporté un prix de l'énergie et de l'environnement.

Il n’est pas uniquement chirurgien, car il est à la tête et est le créateur de plusieurs start-ups. Philippe entame actuellement une nouvelle entreprise de restauration sociale et écologique. C’est un grand fan de la philosophie verte radicale. Inspiré par l'idée de l'interdépendance et de la valeur inhérente de toutes les créatures, le mouvement vert radical milite dans les sens d’une faible consommation pour en revenir à l'essentiel. Cependant, et à son humble avis, Philippe n’en reste pas moins réaliste. Il craint que le radicalisme de son mouvement ne finisse par attirer la rancœur plutôt que l’empathie.

Maintenant, je sens qu’il penche vers un mouvement certes vert, mais plus rationnel. Tout comme les autres verts, il estime que le moyen le plus puissant pour le changement est la créativité, l'innovation, la conception et l'esprit d'entreprise. Il s’agit de créer des modèles de vies durables et les grandes entreprises doivent activement participer à transformer les systèmes de nos vies.

 

The author:

author

Amateur de bon vin et des plaisirs de la table, je ne sais jamais dire non à un bon moelleux au chocolat. La vie est trop courte pour se perdre en regret, voilà ma philosophie ! Cinéphile avertit, je peux me repasser les films classiques inlassablement, et je suis un fan fini de Meryl Streep et d’Al Pacino, mais je vous épargnerai mes critiques personnelles de film, je garde ça pour mon forum préféré sur le sujet. Je passe facilement du coq à l’âne, à vous de me suivre.